Search billions of records on Ancestry.com
   
Notre Ancêtre Philibert Couillaud dit Roquebrune
350eme anniversaire



Dernière mise à jour de cette page le 22 Sept 2014.

Armoirie des Larocque de Roquebrune
Les Couillaud de La Rocque
de Roquebrune étaient:
"Écartelé: aux 1 et 4, 
de gueules au roc 
d'échiquier de sable; aux 2 et 3, 
de sinople à trois étoiles d'or". 

Ce blason est tiré du Dictonnaire
de Familles Canadiennes
de l'institut Drouin. Sa
provenance est inconnue. Comme
il est très répendu dans cette
famille ce site l'a adopté de facto .



 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


La noblesse de Philibert 
Couillaud; vérité ou mythe?


 
 




Les LaRoque de 
Roquebrune en France
et au Canada
"À prendre un peu,
et à laisser beaucoup."
hilibert Couillaud dit Roquebrune est l'ancêtre de la grande majorité des Larocque du Canada et des États-Unis. Il est aussi l'ancêtre des Roquebrune, Rocbrune, Roque, et Célerier dit Roque. ainsi que ceux dont le nom fut anglicisé pour devenir Larock, Rock, Rockbrune ou Rockburn.
       Maint articles ont été écrits au sujet de Philibert Couillaud dit Roquebrune. L'information sur cette page, sans être révisionnistes, vient mettre un peut d'ordre dans cette pile de documents, faire le partage entre ce qui est faux, ce qui est douteux et le plus important, les documents d'archives concernant Philibert Couillaud qui existent toujours et que j'ai mis sur ce site WEB.  Si vous êtes intéressés par l'histoire de notre ancêtre, je vous invite à lire ce qui suit. Des hyperliens vous conduiront vers mes références. 

      En premier, ce qui est faux ou douteux. Au moins deux documents sont à l'origine de plusieurs histoires fantaisistes, pour ne pas dire farfelues, sur l'histoire de l'ancêtre des Larocque dit Roquebrune. Ces deux documents semblent être sans fondements et manquent de crédibilité. 

      Le premier de ces articles est paru dans la revue historique, Nova Francia en 1929. Cet article, "Les LaRoque de Roquebrune en France et au Canada " est signé par Pierre Gauthier. Nous ne connaissons rien sur ce Pierre Gauthier. Tout porterait à croire que ce serait un nom de plume utilisé par Robert de Roquebrune lorsqu'il écrivait dans Nova Francia à Paris. Le dernier chapitre de ce récit se rapporte aux grands-parents de Robert de Roquebrune et c'est ce qui pourrait nous faire penser que cet article aurait été écrit par lui.  Robert de Roquebrune  était un écrivain historien et archiviste envoyé en France par le gouvernement du Canada pour faire des recherches sur les archives se rapportant au Canada. En lisant cet article, on y apprend entre autre que Philibert Couillaud de La Roque de Roquebrune (sic) est le fils de Bernard de La Roque descendant d'une longue lignée de seigneurs qui remonte jusqu'au XVème siècle. La mère de Philibert, Marie de Marcilly, était une descendante des comtes de Champagne. Au sujet de ces deux affirmations, aucune preuve ou source nous sont fournies et reste fort douteux. Dans ce même article on retrouve plusieurs erreurs dans la généalogie de Robert de Roquebrune au Canada, ce qui renforcerait son manque de sérieux. On y reviendra.

      Le deuxième document est le roman écrit par Robert de Roquebrune, "Testament de mon Enfance" où de Roquebrune relate son enfance passée au manoir de L'Assomption. Le titre est trompeur et évocateur. Est-ce que Robert de Roquebrune raconte ici une histoire racontée par son père ou est-ce purement le fruit de son imagination?. Roquebrune n'avait que 11 mois lorsque le manoir a été vendu et que la famille est allé habiter ailleurs. Par la suite, les Larocque s'étaient établi au Carré Saint-Louis à Montréal vers 1893. 

      Dans le chapitre intitulé "Les années oubliées" de Roquebrune évoque les soirées lorsque son père lui racontait l'histoire des ses ancêtres. Il faut se rappeler ici que Robert de Roquebrune a écrit ce roman et que dans un roman on peut bien écrire... des romances. On peut y lire entre autre que Philibert Couillaud était de familles nobles, mousquetaire du roi Louis XIV et qu'il tua dans un duel un nommé Hauterive. (!) 

     Un autre livre de Robert de Roquebrune s'intitulant "Les Canadiens d'Autrefois", il parle de Jean-François LaRocque de Roberval ( début de son livre) mais aussi de notre ancêtre à quelques endroits à la page 99 et 101. 

          Les deux précédents articles ont été résumés dans le Dictionnaire National des Canadiens Français (tome 3) publié par l'Institut Drouin.  On peut y voir notre ancêtre en costume de Mousquetaire. 
 

L'ascendance de Philibert Couillaud de La Rocque de Roquebrune est vraiment remarquable. Nous ne pensons pas qu'il y ait une famille canadienne qui puisse se réclamer d'aussi noble origine. En effet, Marie de Marcilly, la mère de votre ancêtre, était la fille de Pierre, seigneur de Marcilly, et de Charlotte de Couillaud de Hauteclair. Cette dernière était la fille de François de Couillaud de Hauteclair et de Suzanne de Lucé. La mère de celle-ci, Charlotte de Champagne , appartenait à une des familles nobles les plus célèbres de France, celle des sires et comtes de Champagne. Les Couillaud de La Rocque de Roquebrune portaient: "Écartelé: aux 1 et 4, de gueules au roc d'échiquier de sable; aux 2 et 3, de sinople à trois étoiles d'or". 
Vous pouvez être fier de compter parmi vos ancêtres tant de personnages illustres et votre blason peut donc s'honorer des plus belles armoiries d'Europe.»

Ce texte est sans doute tiré de Nova Francia où on écrit que la grand-mère maternelle de Philibert Couillaud est Charlotte Couillaud de Hauteclair petite-fille de Charlotte de Champagne. Nous retrouvons aussi les armoiries qui sont sensé appartenir à notre famille. Pour en savoir plus, lisez "La noblesse de Philibert Couillaud; vérité ou mythe?"


Une Flûte
Cliquez sur l'image au dessus pour
voir une liste des navires partis de
France en 1665

M. Serge Larocque m'a envoyé une liste de colons Français venu de la région de Nevers.


 


Cliquez sur le soldat pour lire au sujet de l'uniforme que portait les soldats du Régiment de Carignan




aintenant, que savons-nous vraiment sur Philibert Couillaud dit Roquebrune. Trois collègues ont contribué aux recherches concernant notre aïeul. Réjean Larocque a fureté Internet en quête d'un Philibert Couillaud en France. Michel Larocque a passé au peigne fin les Archives Nationales du Québec et la banque de contrats notariés (Parchemin) à la recherche de contrats ainsi que des actes religieux dans P.R.D.H. Marcel Larocque a ratissé le fond Robert de Roquebrune aux Archives Nationales du Canada à Ottawa dans le but de trouver quelques indices laissé par Robert de Roquebrune qui démontrerait que Philibert Couillaud était bien originaire de Auch. Cette piste demeure encore introuvable mais sur plusieurs des notes de Robert de Roquebrune il affirme ses antécédents nobles en Gascogne mais cela reste toujours à prouver. Durant sa vie, Robert de Roquebrune ne s'est jamais gêné pour embellir la réalité dans le but de rehausser son prestige. Une étude sur Robert de Roquebrune s'imposerait.

Si vous êtes un descendant de Philibert Couillaud et que vous avez fait le test Genographic pourriez-vous partager les résultats avec les lecteurs de ce site WEB comme l'ont déjà fait 4 descendants de Philibert Couillaud (moi inclus). Pour plus d'information cliquez sur ce lien.

Philibert Couillaud dit Roquebrune serait né en France vers 1641 si on se fie au recensement de 1681. Il déclare alors avoir 40 ans. En France, il est engagé dans le régiment de Carignan dans la compagnie de Contrecoeur. 
"En décembre 1664 le régiment de Carignan, qui était à Marsal en Lorraine ( recevait du ministre l’ordre de se rendre à l’un des ports de Brouage ou de La Rochelle et de s’embarquer dans le temps jugé nécessaire au service par l’intendant Colbert de Terron, soit en avril ou mai suivant (1665)".  Le régiment traversa donc la France d'est en ouest avant d'arriver à La Rochelle. 
extrait du livre Le Régiment de Carignan par R. Roy et G. Malchelosse, page 23 ) Aussi, pour en savoir plus sur cet illustre régiment  vous pouvez vous rendre sur un site WEB qui parle de son histoire , la compagnie de Contrecoeur , ceux qui y ont contribué et peintures de ces derniers, Marsal , lieu de départ et plusieurs autres articles d'intérêt, mais revenez nous.
Le Conseil Royal avait décidé de l'envoi au Canada d'un corps d'armée pour rassurer les colons et les protéger contre les attaques incessantes des Iroquois. Le mercredi 31 mai 1665, les deux navires La Paix et L'Aigle d'Or mettent les voiles pour le Canada à partir de LaRochelle.

 

Le port de La Rochelle

La compagnie de Contrecoeur voyage à bord du navire La Paix. C'est une flûte royale qui jauge environ 300 tonneaux. L'Aigle d'Or arrive à Québec le 18 août 1665 et le lendemain, c'est au tour de La Paix avec la compagnie de Monsieur de Contrecoeur (Liste des passagers sur La Paix). À son retour en France La Paix fera naufrage le 26 septembre 1665 en face de Matane. Toutefois, après recherches dans le livre de Régis Roy et Gérard Malchelosse intitulé "Le Régiment de Carignan, Officiers et soldats qui s'établirent en Canada" (1925) ce livre ne fait aucunement mention de notre ancêtre. Oublie ou omission? Son nom ne figure pas non plus sur ce document manuscrit intitulé "Le Rolle des Soldats du Régiment de Carignan Sallière". 

Robert de Roquebrune dans "Les Canadiens d'Autrefois" (chapitre sur le régiment de Carignan pages 99-103 )   indique que de La Roque (sans aucun prénom) fut envoyé en Hongrie combattre les Turcs. Il ajoute que le régiment était cantonné dans le Duché de Nevers avant de partir pour la Hongrie. Il est mention aussi de La Roque de Roquebrune en page 101. Il n’y a aucune source.  Comme on peut voir sur la carte à gauche, Nevers est tout à fait au centre de la France et on peut mal imaginer qu'on ait fait de cet endroit une place stratégique.

Carte de Nivernais
Notre ancêtre aurait-il été encore Soldat de la compagnie de Contrecoeur lorsqu'il est une seconde fois fait mention de lui lors du dénombrement des confirmés au fort Chambly? Cela se passait le 21 mai 1669. Le 2 septembre 1665, monsieur de Tracy donne l'ordre au colonel de Sallières d'aller faire construire un fort à l'entrée du lac Champlain. Le premier octobre 1665, les compagnies étaient rendues à destination. Le 15 octobre un fort rudimentaire était construit sur l'Île Ste-Thérèse. Le régiment de Carignan avait reçu l'ordre de construire ce fort sur la rivière Richelieu que remontaient les Iroquois de la région du lac Champlain. Les Iroquois empruntaient le Richelieu pour aller attaquer les colons de Montréal. 
Notre ancêtre est donc confirmé le 21 mai 1669 par Mgr de Laval. C'était la deuxième fois que Mgr Laval se rendait au fort Chambly, autrefois appelé fort St-Louis, pour administrer le sacrement de confirmation aux militaires du fort. Huit adultes furent confirmés. Ce document est conservé aux archives de l'archevêché de Québec. Soixante-six adultes avait été confirmés la première fois. 


Les armoiries de la Province du Nivernais et une vue de Nevers vers 1800. Cliquez sur ce lien et  faites une courte visite de Nevers
 
 
 
 
 
 

Confirmés du 21 mai 1669 par Monseigneur de Laval

Confirmer au 
mesme lieu
le 21 may
1669
(Chambly)
Paul Guet,  d'Angoulesme. 
François Heros, de Rouen. 
Pierre Brésson,  de xaintes. 
 Louys Martin, de Chartres. 
Philibert, Couitteau, de Nevers.
Thomas Lauvergnat,  de Rennes. 
Mathurin Guillemodeau,  de Cornouailles. 
Jean Siguaut, de Périgueux. 
  il faudrait  peut-être lire;  du Diocèse de ...avant chacune des villes
Concernant cette Confirmation de 1669, nous pouvons remarquer qu'aucun des huit adultes de cette liste, à l'exception de Philibert Couillaud, faisaient parti du régiment de Carignan. Notre ancêtre est aussi le seul à rester au Canada. Les sept autres seraient retournés en France.

Armoirie du Seigneur de 
Contrecoeur

La marque de Philibert Couillaud



Signature de Jacques de Laporte


Histoire des Familles, la Seigneurie, la paroisse et du village de Contrecoeur par Francis J. Audet  (1940) 275 pages. Cliquez sur le livre






Cliquez sur l'image pour voir la liste des pionniers sur la plaque. 


Le terrier de Contrecoeur 
en 1718. Cliquez ici


Le terrier de Montréal de 1663 . Vous y verrez l'emplacement du terrain de Jacques de LaPorte. Montréal en était à sa 21ème année. 





































 

'hiver venu, le régiment se rendit à Montréal pour y passer l'hiver. Il est probable que Philibert Couillaud ait demeuré sur la Côte-Saint-Martin. C'est sur un contrat passé à Montréal le 24 septembre 1667 devant le notaire Bénigne Basset qu'apparaît une fois de plus le nom de Philibert ( Rocbrune).
 
 ...Vendeurs ont Baillé pour trois ans 
 Aux Nommés Rocbrune, le Vallon, et  (espace en blanc) 
#vendeurs
Soldats de la Compagnie du 
Sieur de Contrecoeur, Aux charges seulement 
de la culture et labour à Pioche lesd trois
Années finyes et Accomplie, ...

lien vers ce contrat

Il semblerait que Philibert Couillaud aurait préservé son droit de cultiver une parcelle de terrain après sa vente à un nouveau propriétaire pour une période de trois ans, probablement jusque vers la fin de 1670. 
 
Dans le numéro de janvier 1949 de la revue Mémoire de la Société Généalogique (Vol. III no 3 page 208) on peut lire ce qu'écrivait le généalogiste et historien Archange Godbout sur notre ancêtre.

328 L'acte de mariage de Philibert Couillaud dit Roquebrune avec Catherine DeLaporte dit St-Georges a disparu. Quant à leur contrat de mariage, on ignore s'il a existé (voir note). Parmi les confirmés, au fort de Chambly le 21 mai 1669, on trouve «Philbert Couitteau, de Nevers». Il faut lire évidemment «Couilleau, du diocèse de Nevers» Philibert Couillaud était soldat, et peut-être du fameux régiment de Carignan. Un article signé de Pierre Gauthier, a paru dans Nova Francia (IV, pp, 330-341) sur les La Roque de Roquebrune. L'auteur oublie de démontrer comment Philibert Couillaud, le Nivernais, a pu aller naître en Gascogne. (A. G.)
Note: Selon les notes d'un procès (Oct 1728)  entre Philibert Couillaud fils et Antoine Couillaud, Philibert Couillaud et Catherine Laporte auraient passé un contrat de mariage. 

Les parents de sa future épouse (Catherine Laporte) habitaient aussi Montréal. On retrouve les LaPorte au recensement de 1666 à Montréal.
L'ancêtre des LaPorte Jacques de Laporte est né à Nocé au Perche en 1627 fils de Jacques et de Marie Hamelin (voir aussi la Généalogie de Catherine Laporte, cartes, acte de mariage, etc. ). Jacques Laporte St-Georges épouse Nicole Duchesne à Montréal le 3 septembre 1657. On peut voir l'acte de mariage de Jacques Laporte et de Nicole Duchesne en cliquant sur le lien qui précède. Parmi les noms qui figurent sur l'acte de mariage, on note celui de Paul Chomedey de Maisonneuve. Leur fille Catherine baptisée le 12 octobre 1663 épouse  Philibert Couillaud vers 1676. Catherine aurait eu à peine douze ou treize ans, lui, 35. Tout porte à croire que ce mariage fut célébré à Contrecoeur. L'acte de mariage n'a jamais été découvert. D'après un document qui indique que certains registres de la paroisse de Contrecoeur entre 1687 et 1699 auraient brûlés, l'acte de mariage de Philibert et Catherine n'aurait pas été de ceux là.  Même si Philibert et Jacques Laporte se sont certainement côtoyés à Montréal, c'est sans doute à Contrecoeur qu'ils se sont le mieux connus et c'est probablement là aussi que Philibert a choisi de se marier avec Catherine Laporte dit Saint-Georges. Plusieurs indices portent à croire que les La Porte habitaient bien Contrecoeur avant 1675. Un contrat de juin 1675 indique que Nicole Duchesne (la femme de Jacques Laporte) est marraine de Séraphin Guibaut à Lavaltrie, juste de l'autre côté du fleuve en face de Contrecoeur et ce en juin 1675. Un acte de mariage entre Mathieu Binet et Marie-Anne LeRoy le 21 octobre 1670 indique que Jacques de la Porte habite Contrecoeur.  (Voir l'Inventaire  après le décès de Jacques de LaPorte ). Philibert Couillaud habite aussi à Contrecoeur en 1675. Le 1er décembre 1675, Philibert sert de témoin à Contrecoeur pour un "Marché fait entre Anthoine Emeri dit Codaire  et Jean Duval maître-charpentier , pour la construction de l'Église de Contrecoeur. On peut voir à gauche  la marque  de Philibert Couillaud au bas de cet acte qui indiquerait qu'il ne savait sans doute pas écrire contrairement à ce que Robert de Roquebrune a écrit.  Le 16 janvier 1677 il est parrain au baptême de Philibert Masseau. Il n'y a pas que Philibert qui est parrain. Catherine sont épouse est la marraine de René Hilaire Cuillerier ne le 4 mai 1690. Par ceci on peut assumer que le couple formé par Philibert et Catherine Laporte devait jouir d'une certaine notoriété.  Le 8 septembre 1678 notre  notre aïeul sert de témoin pour une annulation de venteLe 8 septembre 1679, il est encore une fois témoin pour une obligation de payment de dette entre Michel Meusnier et Jacques Hubert dit Le Parisien. 

Un monument situé à Contrecoeur indique l'endroit de cette première église. Le 12 février 1680 notre ancêtre devient propriétaire d'une terre, à proximité de celle de Monsieur de Contrecoeur, Seigneur de la Seigneurie du même nom en bordure du Saint-Laurent. Au recensement de 1681 la seigneurie compte 69 âmes. Couillaud déclare avoir 40  ans et Catherine en a 17 avec 2 jeunes enfants; Jean 5 ans, Jean-Baptiste 3 ans et Jean-François Gazaille un an. Toutefois, ce dernier est Jean-François Gazaille enfant d'un voisin, Jean Gazail et de Jeanne Rougé. On peut se demander où était Louis s'il est né vers 1679?  Philibert possède une maison et un fusil. Il a 5 "bestes à cornes" et a défriché "cinq arpens" en valeur. Ses voisins sont Anthoine de Pécaudy, le seigneur, et Jean Brunel. L'ancêtre Larocque déclare être Laboureur mais on pense qu'il a été trappeur durant l'hiver. Le 25 octobre 1681 Philibert est encore une fois parrain au  baptême de Eustache Masseau. Il est aussi témoin aux funérailles de Marie-Magdeleine Brunet la fille de Jean Brunet âgée de 5 ans ainsi qu'au mariage de Jean Faiolle le 13 août 1682. Le 23 juillet un contrat de mariage avait été passé devant le notaire Pierre Ménard pour ce mariage et Philibert témoigne aussi. 
Angélique Laporte, la soeur de son épouse, est inhumée le 11 août 1684 et il est présent aux obsèques.  Il est aussi témoins en l'étude du Notaire Pierre Mesnard le 28 février 1690 pour une obligation de la part de  Michel Meusnier envers Jacques Hubert dit Le Parisien concernant une dette. 

Philibert vécut au Canada entre 1665 et jusque vers la fin de l'année 1700. Cliquez ici pour une liste de lieux qui se trouvent toujours à  à Montréal ou sur l'île. Il est possible qu'il ait passé près de ceux-ci. 

Philibert meurt avant le 27 février 1701 date où on rapporte Catherine Laporte comme étant veuve. Après la mort de Philibert, Catherine Laporte épousa, à Varennes, le 9 octobre 1706 Jean Charpentier.  Catherine décède à Varennes où elle est enterrée le 11 avril 1737.

Après la mort de Philibert Couillaud, Joseph Aubuchon et autres héritiers demande à la cour de trancher au sujet d'une vieille dette contractée par le défunt. Le jugement ordonne à Catherine Laporte de payer la somme de 150 livres aux héritiers. 

En 1711 plusieurs papiers légaux furent présentés à la jurisdiction Royale de Montréal concernant sa terre de Contrecoeur.

Cette page continue plus bas.


Les 11 enfants de Philibert Couillaud et Catherine Laporte.

 
 
 
 
 
 
 
 

(Voir les détails concis sur la naissance et les déces des enfants)

Comment nous sommes arrivés à cette liste chronologique des naissances des enfants de Philibert Couillaud et Catherine Laporte

Voir aussi des documents d'archives juridiques ou autres se rapportant à chacun des enfants de Philibert Couillaud dit Roquebrune plus bas rattachés au nom de chacun. Un gros merci à Michel Larocque (fils de Gérard et Jeanne-d'Arc Pépin) pour les documents d'archives et les coûts des interprétations par des paléographes professionels.
ean(1) né vers 1676 si on se fie au recensement où on indique qu'il avait 5 ans.  Peut-être décédé en bas âge mais un document des registres de la paroisse de Contrecoeur indique qu'en 1691 plusieurs enfants et deux soldats ont été enlevés par des indiens. Jean aurait-il été victime de ce rapt? (Voir le document

ean Baptiste (2) est né à Contrecoeur le 15 octobre 1677. ( baptême le 20 oct .) Il épouse Anne Deslauriers (dit Célerier) à Varennes le 11 septembre 1704. Anne Deslauriers aurait été adoptée par Jean Seleurier et Anne Rivière. C'est pour cette raison que plusieurs de leurs descendants ont pris le nom de Céleurier, Célerier et Celeurier dit Roque. Les enfants de Jean-Baptiste et Anne Deslauriers se retrouvent autour de Varennes 

Enfants de Jean-Baptiste et de Anne Deslauriers
1. Anne: née et baptisée le 1 août 1705 à Varennes. Elle épouse Joseph Joeffrion (Jean & Catherine Millot) à Varennes le 6 avril1728 
2. Jean-Baptiste-Marie: né le 13 et baptisé le 14 octobre 1707 à Varennes. Il épouse Marie Ledoux (Jacques et Marie-Anne Monin) à Varennes le 4 février 1730. 
3. Joseph: né le 23 baptisé le 24 novembre 1709 à Varennes. Il épouse Marie-Louise Houde (Gabriel et Jeanne Petitclerc) 6 novembre 1735. 
4. Jean: né le 24 septembre baptisé le 25 septembre 1711 à Varennes. 
5. Marie-Rose: née le 22 août 1713 et baptisée le 23 à Varennes. Elle décède le 15 juin 1714. 
6. Augustin: né le 23 août 1715 et baptisé le 24 à Varennes. Il épouse Catherine Cadieux ( Jean-Bapt et Marie-Jeanne Gaudry) à Varennes le 11 février 1743. Le 21 juin 1756 il épouse en seconde noce Marie Amable David ( Joseph & Catherine Tournois) à Pointe-aux-Trembles. 
7. Marie-Catherine: née le 7 août 1717 à Varennes. Elle épouse Pierre Deline (Pierre & Louise Patenaude) à Varennes le 11 janvier 1740. 
8. Jacques: né le 18 mars 1720 et baptisé le 19 à Varennes. Décède le 13 novembre 1729. 
9. Pierre:  né à Varennes et baptisé au même endroit le 10 avril 1722. Il épouse Françoise Thibault (Pierre et Marguerite Larose) à Ste-Geneviève le 5 juillet 1762.
10. André:  né le 15 février 1724 et baptisé le 16 à Varennes. Il épouse Suzanne Deselles (Michel et Suzanne Mongeau) à Varennes le 11 janvier 1751. 
11. Louis: né et baptisé le 21 juin 1726 à Varennes. Il épouse Geneviève Decelle à Varennes le 4 février 1748. 
12. Marie-Angélique : née le 9 février 1729 à Varennes, baptisée le 10. 
13. Charles-François : né le 10 janvier 1731 et baptisé le même jour à Varennes

Plus de détails et autres documents sur Jean-Baptiste Couillaud


arie-Anne (3) née le 3 octobre 1681 à Contrecoeur ( Baptême le 4 ). Marie-Anne Couillaud sera accusé d'avoir tué son mari Léonard Lachaume avec son amant Pierre Viau en 1702. Pierre Viau sera pendu. Marie-Anne restant introuvable sera jugée par contumace et elle fut condamnée à être pendu en effigie, c'est à dire qu'on pendit un cadre la représentant. On ne croit pas qu'il y ait eu une descendance. 

Plus d'information et autres documents sur Marie-Anne Couillaud


ntoine (4) né le 6 novembre 1683 à Contrecoeur ( Baptême le 17 novembre, Boucherville ). Il épouse en première noce  Marie-Magdeleine Chefdevergue dit Larose, fille de Louis et Marie-Françoise Dupont à Bécancour le 21 juin 1723. Marie-Madeleine Chefdevergue fut inhumée à Contrecoeur le 9 mai 1728. 
Leurs enfants sont:
1. Joseph-Antoine, né le 6 mars 1724 à Bécancour et baptisé au même endroit le lendemain. 
2. Marie-Madeleine, née le 2 mars 1725, et baptisée le 3 à Bécancour. 
3.. François: Il épouse Charlotte Audet (Innocent & Geneviève Lemelin) à Boucherville le 10 février 1755. 

II Antoine épouse en deuxième noce Marie-Anne Briand-Georget à Contrecoeur, le 15 novembre 1728. Ses enfants (points bleus sur la carte plus bas) sont répartis sur la rive sud du St-Laurent 
4. Louis-Antoine, né le 24 août 1730 à St-Ours. Baptisé le 25. 
5. François: Il épouse Charlotte Pineau (Pierre & Thérèse Daudelin) à Verchères le 8 janvier 1753.

Autres documents concernant Antoine Couillaud


atherine (5) née à Contrecoeur le 12 janvier 1685. Elle épouse en première noce Noël Boulier. Ce mariage fut célébré probablement à Contrecoeur avant le mois d'octobre 1700 la raison étant qu'avant cette date Noël et Catherine ainsi qui 60 autres couples s'étant mariés avant le 8 ou le 18 octobre 1700 se sont vu octroyer une dot Royale de 50 livres (Voir notes à ce sujet) . Devenue veuve Catherine se remarie avec Louis Quay dit Dragon le 4 février 1709.   Les deux mariages ne produitont aucune descendance.
rançois (6) né le 3 décembre 1686 à Contrecoeur. Il épouse Marie-Jeanne Greslon (ou Grenier) fille de Pierre et Élisabeth Mousseau à Sorel le 30 novembre 1717. On retrouve ses enfants autour de Lavaltrie, Contrecoeur dans le sud-ouest Québecois. Son nom apparaît sur le terrier de Contrecoeur de 1718 voisin de Jacques Labonté

Enfants de François et Marie-Jeanne Greslon.

1. Marie-Josephe: née et baptisée le 11 janvier 1720 à St-Sulpice 
2. François: né à Lavaltrie et baptisé le 7 janvier 1721 à St-Sulpice.
3. Jean-Baptiste: baptisé à Sorel le 4 octobre 1722. Décède le 5 octobre au même endroit. 
4. Pascal: baptisé le 4 octobre 1723 à Sorel. 
5. Marie-Reine: née et baptisée à Contrecoeur le 17 septembre 1725 
6. Alexis: né le 23 janvier 1727, baptisé le 24 à Contrecoeur. 
7. Geneviève: née le 23 juillet 1728, et baptisée le 24 à Contrecoeur. 
8. Marie-Élisabeth: née et baptisée le 18 mai 1730 à Repentigny. Elle décède une semaine plus tard le 25.
9. Jean-Baptiste: né le 13 août 1731 à St-François-du-Lac. 
10. Élisabeth-Isabelle: née le 20 juillet 1733 à St-Michel de Yamaska. (Antoine & Marie-Louise Plouffe) à Berthier en Haut le 30 août 1757.
11. Madeleine: née le 19 février 1735, décède le 19 novembre 1755. 
12. Marie-Louise: née le 20 janvier 1737. Elle épouse Prisque Raté (Ignace & Genviève Langlois) à Berthier le 19 juillet 1762.
13. René: Baptisé à St-François-du-Lac le 14 novembre 1738.
14. Louise-Amable: Baptisée à St-François-du-Lac le 27 mai 1740. Elle fut inhumé au même entroit le 9 juin 1740. 
15. Marie-Anne: Baptisée à St-François-du-Lac le 31 décembre 1741.
16. Pierre: Baptisé à Baptisée à St-François-du-Lac le 18 octobre 1745. 

Cliquez ici pour plus d'information sur François Couillaud


ouis (7) pourrait être né entre 1687 et 1694 sans plus de certitudes. L'acte de baptême n'a jamais été trouvé.  Si nous l'avons mis entre François et Michel c'est qu'il y avait un écart de huit ans entre la naissance de ces deux derniers durant une période de la vie de Catherine Laporte où elle aurait pu avoir plusieurs enfants. Rendez vous sur la page de Louis et Madeleine Sabourin pour des explications plus détaillées (le lien est à la fin de ce paragraphe ). Louis épouse Marie-Madeleine Sabourin fille de Pierre Sabourin et Madeleine Perrier à Pointe-Claire le 21 mai 1716. Louis est l'un des pionniers de l'Île Perrot. Louis Laroque figure sur l'aveu de dénombrement de 1724. Il possède alors une terre de 3 arpents de front sur 18 de profondeur dont 20 sont labourés comprenant une maison et une grange étable. Cette terre est dite située sur le côté sud du Domaine dans entre ce qui est aujourd'hui le sud de la Pointe-du-Moulin et le village de Notre-Dame-de-l'Île-Perrot. Il est voisin de Pierre Deschamps (Huneault dit Deschamps). Louis est inhumé à Oka. Ses enfants (points jaunes) se retrouvent autour du Lac-des-Deux- Montagnes (Oka, Rigaud, Vaudreuil).  Pour plus de détails cliquez ici pour voir la page sur Louis et Madeleine Sabourin

Note: Nous avons changé la date de naissance de Louis pour le faire naître après 1686.


ichel(8) né vers 1694. Il épousera Marie-Josèphe Pinel fille de Pierre Pinel et Marie-Barbe Dupont le 2 février 1718. Une concession de 3 arpents sur 25 est accordée par Messieurs de Saint-Sulpice à Michel Larocque dit Rocquebrune  le 9 juin 1723 . Cette terre est située sur la Côte Saint-Jean (Pierrefonds), côté sud-ouest. Une rue à Pierrefonds-Roxboro lui fut désignée le 9 février 1990. Ses enfants se sont établis à l'ouest de l'île de Montréal et sur l'île Jésus. 

Enfants de Michel et Marie-Jeanne Pinel,
1. Jacques Michel: Né à la Grande-Anse et baptisé le 27 janvier 1719 à Pointe-Claire.
2. Marie-Josephe: Née et baptisée à Pointe-Claire le 18 mars 1721. 
3. Guillaume: Né le 27 juillet 1724 à Pointe-Claire et décède le 15 août 1724 au même endroit. 
4. Antoine: né et baptisé le 27 août 1725 à Pointe-Claire. 
5. Marie-Catherine: née et baptisée le 16 juillet 1728 à Pointe Claire. 
6. Marie: Née le 14 et baptisée le lendemain à Pointe-Claire le 15 octobre 1731, soeur jumelle de Marie-Charlotte Amable.
7. Marie-Charlotte-Amable: Née le 14 et baptisée le lendemain à Pointe-Claire le 15 octobre 1731. 
8. Joseph Marie: Il est baptisé à Pointe Claire le 11 juin 1733
9. Charles: Il est baptisé à Pointe-Claire le 4 janvier 1735. 
10. Marie-Josèphe Louise:   Elle est née vers 1737. 
(Sources, PRDH Union Michel Larocque et Marie-Josèphe Pinel)

plus de détails sur la page  Michel Larocque et Marie-Josèphe Pinel


arie-Hilaire (9) née vers 1696. En 1715 elle donne naissance d’un fils "illégitime" nommé Louis. Le père biologique de l'enfant était Louis Viau dit Lespérance. Le 25 juin 1722 elle épouse Jean-Baptiste Scofen dit Lépine à Montréal . Jean-Baptiste Scofen est né à Londres en Angleterre vers 1691. Il est le fils de Neser Scofen et Anne Parson. 
1. Louis (fils illégitime de Louis Viau dit Lespérance) né et baptisé à Varennes le 26 décembre 1715.
2. Antoine (Antoine Scofens dit Lépine). Antoine Lépine épouse Marie-Josephe André dit Lafontaine (Antoine & Élisabeth Guilbault) à Montréal le 14 avril 1749. Antoine, devenu veuf, épouse Marie-Louise Routhier (Jean-Baptiste et Barbe Moisan) le 27 septembre 1773 à Montréal. 
3. Jean Baptiste (Lépine) est né le 29 novembre 1724 et mort en bas âge le 1er octobre 1725.

hilibert (10) né propablement avant Marie-Barbe épouse Jeanne Brunet (François Brunet dit Bourbonnais et Barbe Beauvais dit St-Jemme ) en 1721.  Jeanne était la veuve de Louis Mallet (mariage à Lachine le 29 nov 1697)  et elle était de plusieurs années l’aînée de Philibert. Lui n’avait que 21 ans lors du mariageLe couple habitaient l'ouest de  île de Montréal. Ils auront aucune descendance.

Philibert fils intente un procès à son frère Antoine au sujet d'une terre qui lui avait été donnée par succession.
Voir le document

 Philibert fils fait une déposition le 1er juillet 1724 au procès de Antoine Mantet 
D'Ailleboust et autres, accusés de faire la traite avec des Amérindiens
Voir le document



arie-Barbe (11) est née en 1700. Elle donne naissance à Baptiste-François Ledoux fils illégitime de Louis Gabriel Ledoux baptisé à St-Sulpice le 24 mars 1721.  Elle épouse Julien Gardet dit Duplessis ( Guillaume et Louise Pepin) à Québec le 2 novembre 1723. De ce mariage sont né trois enfants Richard Julien (1724) Joseph Fabien (1726) et Marie Gabrielle en 1729 tous nés à Québec.  Le 4 mai 1731 à Québec elle épouse en seconde noce Jean Louis Roger . De ce mariage naîtrons deux filles, Marie-Anne en 1732 et Marie Madeleine en 1734. Les deux décèdent en bas âge.   Elle convolle pour une troisième fois  avec Léonard Borel dit Clermont en 1765. Aucun enfant naîtra de ce dernier mariage. Léonard Borel dit Clermont est né à Domaize (en Auverge, aujourd'hui dept. Puy-de-Dôme) le 25 janvier 1712 et il fut baptisé le même jour. Ses parents étaient  Jean et Anna Coeffier. On ne sait pas exactement la date de son arrivée au Canada mais la première mention de Léonard Borel date de 1741. Léonard était veuf de Dorothée Simard lorsqu'il épouse Marie-Barbe (Ce premier mariage avait été célébré à Baie-Saint-Paul 9/11/1747 ). Léonard est inhumé à Ste-Marie-de-Beauce le 30 mars 1779  Résumé sur PRDH

1. Baptiste-François Ledoux fils illégitime  de Louis Gabriel Ledoux baptisé à St-Sulpice le 24 mars 1721.
2. Richard Julien Gardet né le 22 septembre 1724
3. Joseph Fabien Gardet né le 6 octobre 1726
4. Marie Gabrielle Gardet né le 25 juillet 1730
5. Marie Anne Roger née le 16 avril 1732
6. Marie Madeleine Roger née le 10 octobre 1734

Antoine, le frère de Marie-Barbe, accuse Louis-Gabriel Le Doux d'avoir abusé cette dernière et de l'avoir mis enceinte.
Voir le document



Un carte montrant où les garçons de Philibert Couillaud se sont établis . Au recensement de 1765 il ne restait plus un seul descendant de Philibert Couillaud à Contrecoeur. 

Migration Larocque

Jean-Baptiste s'établit sur la rive sud à l'ouest de Contrecoeur. Antoine lui s'est établi en face de Trois-Rivières à Bécancourt et plus tard revient autour de St-Roch. François lui alla dans la région de Lavaltrie sur la rive nord en face de Contrecoeur. Les trois autres, Louis, Michel et Philibert fils se retrouvèrent dans l'ouest de l'île de Montréal. Philibert fils n'a pas eu de descendance. (Graphique de Darryll Larocque) 



mise à jour le 8 juillet 2014